Saint Sacrement – A

« Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde. » – Jn 6, 51

> En général, chacun aspire à la vie plutôt qu’à la mort, chacun préfère la quiétude aux soucis, chacun essaie de favoriser des relations paisibles au lieu d’attiser des querelles. Chacun expérimente combien cela peut être parfois difficile. Et combien on peut se tromper de chemin ou de manière de faire.

Sur le plan de la foi aussi cela peut être difficile de trier le bon grain de l’ivraie tant l’offre spirituelle est large et de plus en plus variée, même au sein des Eglises. Toutes les pratiques ne conviennent pas à tous et il n’y a pas un seul chemin.

Mais ce que Jésus nous dit ici, c’est qu’en dehors de lui, le pain vivant, donné pour chacun, la vie éternelle (c’est-à-dire la vie en plénitude avec lui après la victoire sur la mort et sur tout mal) n’est pas accessible. Pour espérer vivre éternellement, il faut choisir le Christ, il faut manger ce pain vivant. Il faut croire en lui, il faut se nourrir de lui. La foi / la confiance (même mot en grec) en lui précède la compréhension de ce qui se passe dans sa vie.

Cette semaine, réfléchissons simplement à comment nous nourrissons notre foi, à comment elle nous nourrit, à quelle est la place du Christ dans notre vie sûrement bien chargée et bien encombrée de superflu sous lequel se cachent nos vraies aspirations !

Pentecôte – A

Jésus leur dit de nouveau :
« La paix soit avec vous !
De même que le Père m’a envoyé,
moi aussi, je vous envoie. » (Jean 20,21)

> Les disciples auxquels Jésus dit cela s’étaient enfermés, ils avaient peur.

Jésus vient nous rejoindre dans nos enfermements pour nous apporter la paix du coeur, pour nous offrir l’Esprit de Pentecôte, et nous envoyer porter la bonne nouvelle au monde.

OK, ça c’est pour les commentaires-bateaux de ce verset.

En s’arrêtant d’un peu plus près, on voit que les disciples qui ont peur ne peuvent pas aller dans le monde, ils sont enfermés. C’est la paix qui est primordiale, qui va chasser leurs peurs et leur permettre de devenir de bons ambassadeurs du Christ.

Aussi cette semaine, essayons – nous qui lisons et écrivons parfois sur Internet, nous qui réagissons en commentant telle ou telle nouvelle, nous qui partageons d’un clic telle ou telle info sans forcément toujours vérifier – selon les trois tamis de Socrate – si c’est vrai, si c’est bon et s’il est indispensable que tout le monde le sache – essayons d’attendre d’avoir le coeur apaisé avant de vouloir évangéliser, d’attendre une nuit avant de cliquer pour partager telle info indispensable, d’attendre, comme les disciples, que Jésus vienne habite nos peurs et les transforme en paix. Alors nous pourrons reprendre notre souris d’évangélisation…

Epiphanie du Seigneur

« En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé et tout Jérusalem avec lui » (Mt 2, 3).

> Les mages cherchent Jésus et demandent à Hérode où il se trouve. Bien loin de ne pas croire, Hérode prend très au sérieux cette annonce et rassemble les plus grands spécialistes afin de comprendre ce qu’il se passe. La Bible nous dit qu’il est « bouleversé ». C’est ici qu’un choix s’offre à lui qui n’est pas celui de croire ou non que l’enfant-né est venu pour nous tous, mais celui d’y adhérer ou non. Est-ce que ce qui l’a bouleversé est un appel à la vie et à l’humilité ou une crainte de voir son pouvoir s’affaiblir ? C’est finalement pour la deuxième solution qu’il opte mais comment savoir ce qui se passe dans le cœur d’un homme au moment d’un grand choix ?

Et nous ? Est-ce que nous nous laissons bouleverser par cette annonce de la naissance du Christ ? Est-ce que cette annonce nous met en mouvement, comme les mages, pour aller l’adorer, ou suscite-t-elle plutôt indifférence voire crainte ? Même si nous croyons, nous laissons-nous profondément bouleverser par la naissance de celui qui vient nous sauver ?

Sainte Marie – A

 » Puis les bergers s’en retournèrent, chantant la gloire et les louanges de Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, en accord avec ce qui leur avait été annoncé. » (Lc 2, 20)

> Quelles aventures ont vécu les bergers ! C’est tout d’abord un ange qui leur annonce la naissance d’un sauveur, puis une armée d’anges qui chantent la gloire de Dieu. Les bergers se précipitent alors à Bethléem pour rencontrer ce sauveur dans un nouveau-né couché dans une crèche. Cette rencontre a dû être importante pour ces bergers. Par contre, ils finissent par repartir, par retourner à leur vie. Mais ils sont transformés par cette rencontre et ne gardent pas ce qui s’est passé pour eux, puisqu’ils s’en retournent en chantant la gloire de Dieu. Ils ont ainsi pris le relais de l’armée céleste. Ce que ces bergers vont devenir et vont faire de leur vie, on ne le sait pas, mais ils sont repartis vers leur quotidien, transformés par cette rencontre !

> Ce dimanche, c’est le premier jour d’une nouvelle année. De cette rencontre avec ce nouveau-né sauveur lors des fêtes de Noël, avec quoi repartons-nous pour cette nouvelle année ?

NOËL 2016

« En lui [le Verbe] était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. » (Jean 1, 4-5)

> Noël, c’est le Verbe qui se fait chair, qui prend vie. C’est la lumière, humble et fragile, qui jaillit dans des ténèbres qui ne peuvent l’arrêter. Lumière qui brille dans les ténèbres. Espérance donnée aux humains. Joie de ce Dieu qui se fait proche de nous.

Aujourd’hui, loin des Noëls mielleux et doucereux, l’actualité rugit avec violence et horreur. Drame humanitaire à Alep. Persécutions de chrétiens en Egypte et ailleurs. Attentat dans un marché de Noël à Berlin. Ténèbres profondes du monde.

Mais elles ne l’ont pas arrêtée ! Devant cette actualité, la lumière de Noël ne prend que plus de relief : au milieu des ténèbres profondes du monde a jailli l’espérance, et cette lumière, même fragile, est tout à fait concrète.

Pour ce Noël, nous vous invitons donc à faire un geste, tout à fait concret, de lumière : faire ressentir l’amour de Dieu, là où sont les ténèbres, c’est là notre responsabilité d’enfants de Dieu. Car Dieu n’a pas d’autre bouche que la nôtre, Dieu n’a pas d’autres mains que les nôtres pour faire comprendre aux gens qu’il les aime, pour leur transmettre cette « vie qui est la lumière des hommes ».

Alors à nous tous de jouer, petites lumières, pour ce que Noël soit joyeux et plein d’espérance pour nous et… pour nos frères et soeurs !

Sainte Trinité – C

« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. » (Jn 16,12)

> Ils me font toujours rire, les censeurs qui te balancent des phrases du type « Ce n’est pas dans la Bible ! » ou encore « Jésus n’a jamais dit que… »

Cette petite phrase de Jésus les terrasse : ce qu’il n’a pas exprimé, il ne l’a peut-être pas dit parce qu’on n’aurait pas eu la force de le recevoir en pleine poire.

Depuis, grâce à l’Esprit, il s’est trouvé d’autres prophètes, porte-paroles qui continuent de parler en son nom.

Et si nous aussi nous étions, chacune, chacun, un de ces porte-paroles ? Vous pensez que j’exagère ? Pourtant le baptême nous a fait « prêtre, prophète et roi » : prêtre parce qu’appelé à célébrer avec la communauté, roi parce qu’appelé à construire le Royaume de Dieu et à y vivre, PROPHETE parce que porte-paroles, nous aussi, de Jésus.

Alors, que dirons-nous, en son nom, cette semaine ?

Pentecôte – C

« L’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit » (Jn 14, 26)

> La Pentecôte nous rappelle cet Esprit promis par Jésus à ses disciples et donné par le Père. Cet événement extraordinaire, c’est à nous aussi que Jésus le promet. L’Esprit nous a été donné au baptême, à nous de nous laisser guider par lui. Il enseigne, mais il vient aussi nous rappeler ce que Jésus a dit, a fait dans sa vie. N’ayons pas peur de l’écouter, cette flamme vivante qui peut nous brûler de la vie de Dieu. Quand le chemin se fait plus tortueux, moins limpide, remettons nos vies à l’Esprit Saint pour raviver cette vie du Christ en nous !

Pâques 2016

 « Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place. » – Jn 20, 6-7

> Après sa mort sur la croix, Joseph d’Arimathée et Nicodème enveloppèrent le corps de Jésus avec des bandes de tissu et le parfumèrent selon la coutume juive. Puis ils le déposèrent au sépulcre. Ce n’est pas sans rappeler l’emmaillotage de Jésus par Marie après sa naissance, juste avant de le déposer dans la mangeoire.

Noël se comprend à la lumière de Pâques. Tout le mystère de la vie est exprimé ici : naissance, vie, mort. Dieu, en s’incarnant en Jésus, en a aussi fait l’expérience. Mais comme Il est Dieu, il n’a pas simplement vécu la mort comme tout un chacun. Il l’a dépassée en naissant à la Vie éternelle pour que nous puissions y avoir part aussi.

Toute naissance est passage. Le fœtus passe du ventre de sa mère au monde extérieur et doit s’y adapter, parfois non sans difficultés. « Pâque » signifie « passage » en hébreu. Passage de l’esclavage à la liberté, de la mort à la Vie. En Jésus Christ, premier né d’entre les morts, Dieu pousse déjà ici bas les personnes à naître à une vie renouvelée, porteuse de sens et de paix, dans la foi et tournée vers l’espérance. Il dit l’Amour inconditionnel qui se trouve à l’origine de chacune et de chacun d’entre nous, quelles que soient les circonstances de sa venue au monde.

En ces temps fortement troublés, que la promesse de Pâques fasse de nous des sages-femmes (et des hommes sages-femmes !…) pour assister Dieu dans son immense tâche de mise au monde ! Joyeuses Pâques !

Baptême du Seigneur – C

« Comme tout le peuple se faisait baptiser et qu’après avoir été baptisé lui aussi, Jésus priait, le ciel s’ouvrit. » (Lc 3,21)

> Le baptême du Christ, fêté ce week-end, vient à point nommé pour nous aider à réactiver notre propre baptême. En connaissons-nous seulement la date ? Si ce n’est pas le cas, voilà une bonne occasion de la chercher cette semaine, en lançant un coup de fil à notre paroisse de baptême. SI nous la connaissons, notons-la dans notre agenda histoire de fêter ce jour de notre naissance dans le coeur de Dieu.

Et si nous sommes Marraine ou Parrain, connaissons-nous la date de baptême de notre Filleul-e ? Voilà aussi une bonne occasion de la rechercher, de la noter et de fêter au jour-dit !

Epiphanie – C

« Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. »
Mt 2,11

> Les mages se prosternent devant un enfant, ces puissants venus d’Orient s’agenouillent avec foi devant un tout-petit. A l’orée de cette nouvelle année, que lorsque nous doutons nous puissions nous souvenir de ces grands et de toute la foule qui nous ont précédé pour s’abaisser devant un Dieu fait homme.

Pour cette année 2016, que nous trouvions toujours une communauté de croyants à nos côtés pour nous soutenir dans la foi !