5e dimanche – A

« Vous êtes la lumière du monde. (…) que votre lumière brille devant les hommes : alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. » – Mt 5, 14.16

> L’une des plus belles et plus connues des paroles de Jésus ! Prononcée durant son fameux « Sermon sur la montagne » !

Ce « vous êtes » doit être compris au sens communautaire, c’est le « vous » de nos associations, familiales, amicales, professionnelles, bénévoles… fondé sur la présence et l’action du Christ dans notre vie de tous les jours.

Comment continuer à faire en sorte que notre vie, liée à celle de nos proches, ne manque ni de saveur ni de valeur ? Vous êtes, ensemble, la lumière du monde ! La lumière fait resplendir tout ce qui vous entoure. En étant la lumière du monde, vous éclairez les autres, vous embellissez leur vie par certains côtés spéciaux conscients ou inconscients que vous avez !

Dès aujourd’hui, « en voyant ce que vous faites de bien, nous dit Jésus, les autres rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. » Ce que vous faites de bien… Ce sont vos gestes et vos paroles, auprès d’un parent, d’un frère ou d’une sœur, d’un collègue, d’un ami, d’un inconnu… Rappelons-nous toujours que les petites attentions quotidiennes peuvent devenir de grandes actions ancrées pour l’éternité !

4e dimanche – A

« Heureux les pauvres de cœur,
car le royaume des Cieux est à eux.
Heureux ceux qui pleurent,
car ils seront consolés. » (Matthieu 5,4)

> Dans le sermon sur la montagne, la puissance des mots de Jésus résonne. Vibre. Fait écho. Les pauvres et les affligés débutent la liste des béatitudes. Les derniers seront les premiers, c’est l’Evangile. Simple, direct, le vocabulaire de Jésus nous rejoint dans notre vécu et nous touche ainsi au plus profond de notre humanité.

Cette semaine, simplement, au plus profond de notre humanité, nous nous proposons nous aussi d’avoir un mot ou un geste de consolation pour une personne qui, autour de nous, pleure. Un mot ou geste à un « pauvre de cœur » pour lui montrer que le royaume des Cieux est aussi à lui.

Et si cette semaine, nous faisions nôtres les paroles puissantes du Christ qui peuvent, nous aussi, nous mettre en route ? Allons, le Royaume commence par chacune, chacun de nous. En toute simplicité et en toute humanité.

3e dimanche – A

À partir de ce moment, Jésus commença à proclamer :
« Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. »
(Matthieu 4,17)

> La conversion n’est pas faite uniquement pour les non-chrétiens ou ceux des périphéries… elle s’adresse – et TOUT D’ABORD – à nos coeurs à nous, Chrétiens. A ceux qui se pensent déjà convertis depuis longtemps, autant qu’à ceux qui savent qu’il y a encore du chemin à faire.

Qu’est-ce c’est, alors, se convertir ? C’est le travail de toute une vie. C’est d’abord convertir notre coeur pour devenir des Chrétiens joyeux. Alors de notre coeur montera un sourire jusqu’à nos lèvres, et ce sourire changera le monde qui nous entoure.

C’est ensuite convertir notre regard, pour qu’au lieu de juger l’autre – ce que nous savons parfois si bien faire, avouons-le – nous puissions le considérer comme aimé de Dieu de la même manière que nous. Et ainsi, au lieu de le DEvisager, nous l’ENvisagerons.

Oui, plus que jamais, et notamment en cette semaine de prière pour l’unité des Chrétiens, nous sommes invités à convertir notre coeur et notre regard. C’est ce qui fera advenir le Royaume des Cieux, tout proche en effet.

4e dimanche de l’Avent – A

« Joseph, son époux,
qui était un homme juste,
et ne voulait pas la dénoncer publiquement,
décida de la renvoyer en secret. » (Mt 1,19)

> Parfois, nos paroles vont bien plus loin que notre pensée. Bien trop loin. Que se serait-il passé si Joseph avait laissé aller sa légitime tristesse en paroles ? Il aurait tout simplement barré la route aux plans de Dieu.

Dieu veut le meilleur pour nous, mais c’est parfois nous qui cassons tout par un mot trop vite dit.

Ici, Joseph décide de garder cela dans son coeur (ça rappelle vaguement quelqu’un, non ?). L’Evangéliste Matthieu le qualifie, du coup, d’homme juste.

Et si nous, aussi, nous décidions de garder dans notre coeur ce que l’on sortirait un peu vite sous le coup de la colère ?

3e dimanche de l’Avent – A

Jésus leur répondit : « Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez » Matthieu 11, 4

> Jean est pris par le doute. Cela fait de nombreux mois qu’il est en prison et il ne connait des œuvres de Jésus que ce qu’il a entendu de la part de ses propres disciples. Il a besoin d’être rassuré, de sentir qu’il se passe quelque chose qui dépasse l’entendement humain.

Souvent dans les grands temps de l’année, à l’approche de nos différentes fêtes, nous nous retrouvons face à notre foi. Un doute peut s’emparer de nous et nous questionner sur Dieu (s’ensuivant toutes les questions habituelles !).

Cette réponse de Jésus doit nous toucher aujourd’hui car les évangélistes à travers les Écritures nous ont rapporté ce qu’ils ont entendu et vu !

Prenons donc le temps dans cet Avent de nous rapprocher des évangiles et de les redécouvrir chaque jour.

Mercredi Saint – 2016

Pendant qu’ils mangeaient, Jésus dit : « En vérité, je vous le déclare, l’un de vous va me livrer. » Profondément attristés, les disciples se mirent chacun à lui dire : « Serait-ce moi, Seigneur ? » (Mt 26, 21-22)

> Lors du dernier repas pris avec ses disciples, Jésus leur annonce que l’un d’entre eux va le livrer. La réaction des disciples est intéressante, voir étonnante. On pourrait penser qu’ils se regarderaient les uns les autres pour détecter parmi leurs voisins le traître. Mais ce n’est pas le cas. Ils n’accusent pas l’autre, mais chacun se pose la question de savoir si ce n’est pas lui même qui pourrait être le traitre. Éclair de lucidité sur la nature humaine, capable du plus grand bien, mais aussi du plus grand mal ? Modestie par rapport à ses propres capacités ? Une attitude qui fait réfléchir…

Nous nous proposons aujourd’hui d’avoir ce regard de lucidité sur nous-mêmes. Le but de cette démarche n’est pas d’être jugeant et moralisateur envers soi. Mais avant de porter des accusations ou des reproches envers autrui, prenons le temps de voir également notre implication et nos limites. Et laissons-nous toucher par la grâce de Dieu !

Avent 2015 – Jour 5

« Il ne suffit pas de me dire : “Seigneur, Seigneur !” pour entrer dans le Royaume des cieux ; il faut faire la volonté de mon Père qui est aux cieux. (Mt 7,21)

> Avez vous remarqué que le Christ commence par affirmer que s’adresser à lui seul en lui disant Seigneur ne suffit pas ? Car cette reconnaissance verbale est vide si elle n’est pas accompagnée par une action pratique : faire la volonté du Père.

Ainsi il nous appartient de conjuguer nos propos et nos actions. Autrement dit notre faire devrait être la traduction de notre je crois.

Réfléchissons dès lors dans quelle mesure croyons-nous pouvoir faire ce que nous confessons croire lorsqu’il s’agit d’aimer son prochain?

Avent 2015 – Jour 4

Des gens en grande foule vinrent à lui, ayant avec eux des boiteux, des aveugles, des estropiés, des muets et bien d’autres encore. Ils les déposèrent à ses pieds et il les guérit. (Mt 15, 30)

> Les boiteux, les aveugles et les muets ont besoin d’être déposés par la foule aux pieds de Jésus. Est-ce par manque de désir de se jeter eux-mêmes à ses pieds ou simplement parce qu’ils n’en ont pas la force ?

Nous aussi, estropiés abîmés par des quotidiens difficiles, nous avons souvent besoin que d’autres nous déposent, dans la prière, aux pieds de Jésus. Et nous aujourd’hui ? Qui déposons-nous aux pieds de celui qui guérit ?

Toussaint

« Heureux » (Mt 5)

> Voilà ce à quoi l’Evangile nous appelle cette semaine ! Comment choisir un verset parmi ces explosives béatitudes ? C’est toutes que Jésus nous appelle à mettre en pratique. Bien sûr, nous avons des affinités avec les pauvres de cœur ? Ou alors plutôt avec les artisans de paix ? Ou encore les miséricordieux ? Nous avons tous nos belles qualités mais le Christ nous appelle à la profonde radicalité de ce bonheur sans concession qui réuni toutes les béatitudes. Ces béatitudes dont il a parsemé l’Evangile par le témoignage de sa vie.

Cette semaine nous vous invitons tout d’abord à relire une à une ces magnifiques béatitudes et puis à se demander comment on peut les mettre en pratique dans notre vie, comment Jésus les a lui-même mises en pratique et comment elles nous rejoignent dans notre quête du bonheur. Commençons par la première, puis la suivante…

Avent 2014 – Jour 19

Voici que l’ange du Seigneur apparut en songe à Joseph et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint. »  Mt 1, 18-25

> Ne sommes-nous pas souvent paralysés par la crainte de ce qui arrive, incapables d’accueillir une nouvelle dérangeante ou simplement un contretemps qui vient contrecarrer nos projets ? Pour Joseph, ce n’est pas une petite affaire qui bouleverse sa vie.
Et pourtant, l’ange dit : « Ne crains pas ! »
Si aujourd’hui nous accueillions toute visite imprévue, tout téléphone à un moment inopportun, toute embûche, même plus grave avec cette conviction que l’Esprit Saint nous confie cette situation nouvelle et nous accorde la force qu’il faut pour la vivre ?
Aujourd’hui, ne craignons pas de prendre chez nous ce qui nous advient, ceux qui nous adviennent, puisqu’ils nous viennent de l’Esprit Saint.