19e dimanche – A

« Mais, voyant la force du vent, il eut peur et, comme il commençait à s’enfoncer, il cria : ‘Seigneur, sauve-moi !' » (Mt 14,30)

> Dans ce passage de la marche sur les eaux, Pierre passe par beaucoup d’étapes : il commence par avoir peur en voyant Jésus sur l’eau (« c’est un fantôme »), puis fait preuve de foi en criant vers Jésus de pouvoir le rejoindre, il doute ensuite et s’enfonce dans l’eau et crie enfin un « Seigneur sauve-moi », signe qu’il met bien sa foi en Jésus : il sait qu’il peut le sauver. Dans notre vie de foi il nous arrive aussi bien souvent de faire des montagnes russes, d’osciller entre foi et doute. Comme Pierre, sachons crier vers Jésus pour qu’il nous sauve.

Cette semaine nous pouvons garder cette phrase de Pierre dans notre tête et dans notre cœur « Seigneur, sauve-moi » et la faire nôtre dans les moments moins limpides !

17e dimanche – A

« Le royaume des Cieux est encore comparable à un filet que l’on jette dans la mer, et qui ramène toutes sortes de poissons. Quand il est plein, on le tire sur le rivage,
on s’assied, on ramasse dans des paniers ce qui est bon, et on rejette ce qui ne vaut rien. » – Mt 13, 47-48

> Un tri dans les poissons après la pêche pour ne garder que les bons ? C’est a priori bien naturel et logique. Mais lorsqu’il s’agit d’une parabole de Jésus, cela mérite un peu plus d’attention. Un poisson en état de décomposition n’est pas mauvais par nature, mais dépend d’éléments extérieurs comme un parasite ou une blessure affectant son état. Il n’a pas toujours été mauvais. Au moment de la pêche, il n’est pas retenu pour demeurer dans les paniers des pêcheurs et être vendu à bon prix sur des étals de marchés et faire honneur sur de belles tables.

Dans la vie, s’il n’y a pas de session de rattrapage, si nous ne pouvons pas revenir en arrière pour effacer une période « ratée » et la « réussir » comme si de rien n’était, il est pourtant toujours possible de corriger le tir pour la suite du parcours. Notre nature humaine fait que nous sommes parfois soumis à de mauvais choix, à des addictions, à de mauvaises rencontres ou à de mauvaises interprétations de la réalité qui peuvent affecter nos relations aux autres, à nous-mêmes et à Dieu. Mais, contrairement aux poissons de la parabole, il n’est jamais trop tard pour essayer de changer ce qui nous entrave dans nos rencontres au quotidien ! Le Seigneur nous veut guéris, conscients de nos faiblesses mais prompts à toujours nous tourner vers Lui malgré nos imperfections. Seul celui qui perdure dans son orgueil gangrénant tout son être et attaquant ses proches ratera les « paniers du Seigneur » et donc son Royaume !

Cette semaine, que nous nagions en eaux troubles ou dans une mer d’huile, réfléchissons avant d’être pris dans le filet. Serions-nous plutôt rejetés à l’eau ou gagnerions-nous les paniers sur le rivage ? Un petit doute ? Il n’est jamais trop tard, ni pour nous, ni pour Dieu !

15e dimanche – A

« Ce jour-là, Jésus était sorti de la maison, et il était assis au bord de la mer.
Auprès de lui se rassemblèrent des foules si grandes qu’il monta dans une barque où il s’assit ;
toute la foule se tenait sur le rivage. » (Mt 13,1-2)

> Jésus comprend qu’il ne va pas être entendu par tous s’il reste sur le rivage. Il prend de la distance.

Parfois, pour mieux se faire comprendre, pour mieux faire passer un message, pour se donner la possibilité d’être entendu de tous, il faut prendre une certaine distance par rapport aux gens.

Que ce temps de vacances soit aussi pour chacun de nous une saine prise de distance. Monter dans la barque de l’été nous permettra sans doute de voir les choses d’un peu plus loin et, qui sait, de mieux faire entendre notre message.

14e dimanche du Temps Ordinaire – Année A

> »Père, Seigneur du ciel et de la terre,
je proclame ta louange :
ce que tu as caché aux sages et aux savants,
tu l’as révélé aux tout-petits.
Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance » Mt 11, 25-26

>Le Christ est venu accomplir la Loi et nous révéler le dessein de son Père pour l’humanité tout entière.

>Il est également venu pour nous rétablir comme fils de Dieu. Et comment nous montrer le chemin si ce n’est par la voie la plus simple : en s’adresser à Dieu par des mots simples. Lui rendre grâce, le remercier pour ses bienfaits. Mais aussi en n’hésitant pas à Lui adresser nos malheurs, nos peines…

>Redécouvrons cette semaine les psaumes. Ces poèmes qui nous donnent de nous adresser à Dieu. De le louer mais aussi de rouspéter ! Ne cessons pas de parler à Dieu, notre Père ! Demandez vous recevrez ! Alors n’hésitons pas !

12e dimanche – A

« Est-ce que l’on ne vend pas deux moineaux pour un sou ? Pourtant, pas un d’entre eux ne tombe à terre indépendamment de votre Père. Quant à vous, même vos cheveux sont tous comptés. Soyez donc sans crainte: vous valez mieux, vous, que tous les moineaux. » (Mt 10, 29-31)

> Cette parole nous dit de ne pas avoir peur. On pourrait penser que c’est facile à dire, mais suivant les situations, très difficile à appliquer. Mais pour Matthieu, si on ne doit pas avoir peur, c’est parce qu’on peut faire confiance à Dieu. A nouveau, on pourrait réitérer que c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais si on peut faire confiance à Dieu, c’est parce qu’il se donne à connaître, c’est parce qu’il s’est fait proche, c’est parce qu’il veut être pour nous un Père aimant. Nous sommes ainsi invités à faire confiance à quelqu’un qui nous connaît personnellement, pour qui nous sommes précieux et qui nous invite à le connaître et à lui faire confiance.

> Nous nous proposons cette semaine de prendre du temps pour réfléchir à nos peurs, et particulièrement celles qui nous empêchent d’être pleinement nous-mêmes. Arrivons-nous à les confier à ce Père pour qui nous sommes une merveille ?

Dimanche des Rameaux – A

« Les bandits crucifiés avec lui l’insultaient de la même manière » Mt 27, 44

> Jésus est crucifié. Il est humilié par les hommes qui passent devant cette croix et qui attendent qu’un miracle se produise. Que celui qui se dit Fils de l’Homme soit sauvé vu que c’est le Fils de Dieu.

Comble de la cruauté et de l’absurdité humaine, les hommes crucifiés avec lui, souffrant des mêmes maux que Jésus sur la croix l’insultent également. La haine et la bêtise surpassent la souffrance physique. C’est dire qu’à quel point l’homme est pécheur.

Mais cette montée vers Pâques, cette mort qui est inéluctable doit nous aider à nous mener vers notre propre mort. Et lorsque le moment arrivera comment sera notre cœur ? Serons-nous dans la haine ? Nous mourrons comme nous avons vécu. Et la plus belle manière de mourir sera dans l’Amour de celui qui nous a aimé jusqu’à la fin.

2e dimanche de Carême – A

« Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre, et voici que, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! » Quand ils entendirent cela, les disciples tombèrent face contre terre et furent saisis d’une grande crainte. Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et soyez sans crainte ! » (Matthieu 17, 5-7)

> Devant un signe de la présence de Dieu, l’homme de la Bible ne commence pas par s’émerveiller, il s’effondre dans la crainte, face contre terre. Cette crainte est présente dans les trois Evangiles synoptiques (Matthieu, Marc et Luc).

Pourtant, le récit matthéen a la spécificité de contenir le geste et la parole de Jésus. Celui-ci, d’abord, s’approche, puis touche les disciples, et enfin il leur parle avec cette parole que l’on pourrait traduire par « Soyez relevés une fois pour toute » !

Le verbe egeiro, verbe utilisé d’une part pour « se relever » par exemple d’un siège, voire pour « se réveiller », est également celui de la résurrection. Anticipation de la gloire pascale, cette parole ne peut véritablement être comprise qu’à la lumière de Pâques qui inclut le chemin de croix. Ainsi, par cette parole, le Christ nous invite à nous préparer à la résurrection à venir dans nos vies.

1er dimanche de Carême – A

« En ce temps-là, Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le diable. » (Mt 4,1)

> Mystérieuse association qui peut nous choquer à première vue : c’est bien l’Esprit qui conduit Jésus au désert, et pourquoi le fait-il ? Pour que Jésus y rencontre le diable ! Alors quoi ? L’Esprit serait-il devenu fou ? Va-t-il nous conduire, nous aussi, vers le diable ?

Cette lecture superficielle en mérite une seconde, plus profonde. Le diable hante chacun de nos déserts. Deuil, solitude, burn-out, dépression, voilà des déserts modernes. Qu’est-ce que « conduire », du coup ? C’est guider, d’abord. L’Esprit nous guide dans ces déserts. Il sait que nous allons y rencontrer le diable, la tentation. Mais la bonne nouvelle c’est justement que c’est l’Esprit qui nous guide. Il ne nous laissera pas tomber le moment venu et nous donnera – comme il l’a fait pour Jésus – les bons mots et les bonnes attitudes.

Nous aussi, en ce Carême, laissons-nous conduire, guider par l’Esprit dans les déserts de nos vies. Nous y ferons des rencontres inquiétantes, mais elles nous rendront plus forts grâce à l’Esprit qui nous accompagne.

8e dimanche – A

« C’est pourquoi je vous dis : Ne vous souciez pas, pour votre vie, de ce que vous mangerez, ni, pour votre corps, de quoi vous le vêtirez. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ? » Matthieu 6,24

> Dans cet enseignement, Jésus nous appelle à nous libérer de l’inquiétude de tâches quotidiennes mais pourtant essentielles dans notre vie.
Certes nous ne sommes plus obligés individuellement d’aller chasser pour nous nourrir et de transformer la peau de bêtes en habit. Mais nous passons un temps conséquent à choisir ce que l’on va mettre le matin puis nous passons un temps encore plus long à se faire à manger. Au moins 3 fois par jour !

Nous sommes appelés aujourd’hui à vivre pleinement chaque moment de notre journée, chaque rencontre, chaque message échangé. Et si ce jour était le dernier ? Comment me présenterais-je dans le Royaume de Dieu ?
Voilà où Jésus veut nous mener, alors ayons ça en ligne de mire !

6e dimanche – A

« Vous avez appris qu’il a été dit: Tu ne commettras pas d’adultère. Et moi, je vous dis: quiconque regarde une femme avec convoitise a déjà, dans son cœur, commis l’adultère avec elle. » (Mt 5, 27-28)

Ce verset est issu du grand discours de Jésus sur la montagne. Jésus se positionne par rapport à la loi et nous dit qu’il n’est pas venu l’abroger, mais l’accomplir. Il cite ainsi plusieurs lois et nous incite à aller plus loin. On pourrait recevoir ces paroles de Jésus comme des lois supplémentaires à appliquer. Mais Jésus critique les pharisiens qui appliquent la loi de façon stérile. La loi est un cadre donné par Dieu pour nous apprendre le chemin de la liberté et de la Vie.

L’étape suivante proposée par Jésus est ainsi de ne pas appliquer la loi parce qu’il faut le faire, mais se laisser habiter par l’esprit de vie du Christ. Ainsi, dans le verset ci-dessus, Jésus nous invite à ne pas regarder avec convoitise, c’est-à-dire à ne pas poser un regard de possession sur l’autre, mais au contraire à vouloir encourager sa liberté. Une invitation à ne pas rester concentrer sur nos désirs, mais à se laisser décentrer par le Christ.

Cette semaine, nous sommes donc invités à habiter cette loi de vie et de liberté du Christ et à poser sur les personnes que nous croisons des regards qui envisagent, des regards non-jugeant qui cherchent à encourager la liberté et la vie de l’autre.