Saint Sacrement – A

« Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde. » – Jn 6, 51

> En général, chacun aspire à la vie plutôt qu’à la mort, chacun préfère la quiétude aux soucis, chacun essaie de favoriser des relations paisibles au lieu d’attiser des querelles. Chacun expérimente combien cela peut être parfois difficile. Et combien on peut se tromper de chemin ou de manière de faire.

Sur le plan de la foi aussi cela peut être difficile de trier le bon grain de l’ivraie tant l’offre spirituelle est large et de plus en plus variée, même au sein des Eglises. Toutes les pratiques ne conviennent pas à tous et il n’y a pas un seul chemin.

Mais ce que Jésus nous dit ici, c’est qu’en dehors de lui, le pain vivant, donné pour chacun, la vie éternelle (c’est-à-dire la vie en plénitude avec lui après la victoire sur la mort et sur tout mal) n’est pas accessible. Pour espérer vivre éternellement, il faut choisir le Christ, il faut manger ce pain vivant. Il faut croire en lui, il faut se nourrir de lui. La foi / la confiance (même mot en grec) en lui précède la compréhension de ce qui se passe dans sa vie.

Cette semaine, réfléchissons simplement à comment nous nourrissons notre foi, à comment elle nous nourrit, à quelle est la place du Christ dans notre vie sûrement bien chargée et bien encombrée de superflu sous lequel se cachent nos vraies aspirations !

Print Friendly
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *