NOËL 2016

« En lui [le Verbe] était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. » (Jean 1, 4-5)

> Noël, c’est le Verbe qui se fait chair, qui prend vie. C’est la lumière, humble et fragile, qui jaillit dans des ténèbres qui ne peuvent l’arrêter. Lumière qui brille dans les ténèbres. Espérance donnée aux humains. Joie de ce Dieu qui se fait proche de nous.

Aujourd’hui, loin des Noëls mielleux et doucereux, l’actualité rugit avec violence et horreur. Drame humanitaire à Alep. Persécutions de chrétiens en Egypte et ailleurs. Attentat dans un marché de Noël à Berlin. Ténèbres profondes du monde.

Mais elles ne l’ont pas arrêtée ! Devant cette actualité, la lumière de Noël ne prend que plus de relief : au milieu des ténèbres profondes du monde a jailli l’espérance, et cette lumière, même fragile, est tout à fait concrète.

Pour ce Noël, nous vous invitons donc à faire un geste, tout à fait concret, de lumière : faire ressentir l’amour de Dieu, là où sont les ténèbres, c’est là notre responsabilité d’enfants de Dieu. Car Dieu n’a pas d’autre bouche que la nôtre, Dieu n’a pas d’autres mains que les nôtres pour faire comprendre aux gens qu’il les aime, pour leur transmettre cette « vie qui est la lumière des hommes ».

Alors à nous tous de jouer, petites lumières, pour ce que Noël soit joyeux et plein d’espérance pour nous et… pour nos frères et soeurs !

Baptême du Seigneur – C

« Comme tout le peuple se faisait baptiser et qu’après avoir été baptisé lui aussi, Jésus priait, le ciel s’ouvrit. » (Lc 3,21)

> Le baptême du Christ, fêté ce week-end, vient à point nommé pour nous aider à réactiver notre propre baptême. En connaissons-nous seulement la date ? Si ce n’est pas le cas, voilà une bonne occasion de la chercher cette semaine, en lançant un coup de fil à notre paroisse de baptême. SI nous la connaissons, notons-la dans notre agenda histoire de fêter ce jour de notre naissance dans le coeur de Dieu.

Et si nous sommes Marraine ou Parrain, connaissons-nous la date de baptême de notre Filleul-e ? Voilà aussi une bonne occasion de la rechercher, de la noter et de fêter au jour-dit !

Epiphanie – C

« Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. »
Mt 2,11

> Les mages se prosternent devant un enfant, ces puissants venus d’Orient s’agenouillent avec foi devant un tout-petit. A l’orée de cette nouvelle année, que lorsque nous doutons nous puissions nous souvenir de ces grands et de toute la foule qui nous ont précédé pour s’abaisser devant un Dieu fait homme.

Pour cette année 2016, que nous trouvions toujours une communauté de croyants à nos côtés pour nous soutenir dans la foi !

Sainte Famille – C

Jésus leur dit:  » Pourquoi donc me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ?  » (Lc 2, 49)

> L’année de ses 12 ans, Jésus accompagne pour la première fois ses parents au Temple à Jérusalem. A la fin de leur pèlerinage, les parents s’en retournent chez eux, pensant que Jésus fait route également avec des connaissances. Mais il n’en est rien et après trois jours d’angoisse, les parents le retrouvent dans le Temple et c’est là que Jésus leur pose la question ci-dessus.

Pour l’enfant Jésus, il y a une évidence à se trouver dans le Temple. A ce moment présent, c’est là qu’il se sent d’être, c’est là que son cœur lui dit d’être. Cela me fait penser à la phrase de Jésus : « Laissez les enfants venir à moi; ne les empêchez pas, car le Royaume de Dieu est à ceux qui sont comme eux » (Lc 18, 16). Les enfants ont cette spontanéité de faire ce qu’il leur semble évident et adéquat, sans se soucier du regard des autres.

> En cette fin d’année, à quelques jours d’une nouvelle, je te propose de relire l’année qui vient de s’écouler. A quels moments, en quels lieux nous sommes-nous sentis à notre place. Quand était-ce une évidence que nous devions être là ? Est-ce que ces moments étaient remplis de Vie, habités par Dieu ?

Que ces moments et ces lieux soient porteurs de fruits pour notre année 2016 !

Joyeux Noël 2015 !

« Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous. » (Jn 1, 14)

> Voici l’annonce la plus bouleversante que le monde ait jamais connue ! Pouvons-nous imaginer que Dieu a choisi de naître à notre humanité pour se donner une voix auprès des hommes, ses créatures ? C’est incroyable ! Alors, pensons-y, les chrétiens que nous sommes sont appelés à donner naissance à la Parole de Dieu, reçue en cadeau à Noël dans le Verbe fait chair. Faisons de chacun de nos jours un Noël, parce que chaque jour la Parole s’incarne dans notre vie.

Baptême du Seigneur – B

« (…) en remontant de l’eau, il vit les cieux se déchirer et l’Esprit descendre sur lui comme une colombe. Il y eut une voix venant des cieux :  »Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. » » – Mc 1, 10-11

> A travers chaque baptême, Dieu dit combien Il aime le croyant et combien de joie Il trouve en lui. Frère ou sœur de Jésus, premier baptisé qui sera aussi premier né d’entre les morts, nous aussi nous sommes fils ou fille bien–aimé(e) de Dieu. Nous provenons d’un coup de cœur du Créateur qui nous désirait, nous connaissait et nous aimait déjà avant notre conception (cf. Jr 1,5). Quelle que soit l’histoire de notre venue au monde, quelle que soit ou fut notre relation avec nos parents, Dieu nous aime le premier ! N’est-ce pas là une bonne nouvelle ?!

Cette semaine, comment allons-nous répondre à ce don d’amour ? Comment allons-nous (re)dire « oui » à Dieu ? Comment allons-nous Lui (re)dire « merci » ? Comment allons-nous Lui (re)dire « moi aussi, je T’aime ! » ? Tout acte de foi sera cette réponse. Et ce qui est beau, c’est que tout est possible, ici et maintenant, en ce premier jour du reste de notre vie, pour nous tourner vers le Seigneur qui nous aime comme son fils ou sa fille, qui croit en nous et qui veut notre bien !

Noël 2014

« Rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. » (Jn 1,3)

> Pour identifier un tableau vous portez, habituellement le regard en bas, à droite, dans l’angle ! L’artiste laisse une trace visible de lui-même en tout ce qu’il crée. Certains se révèlent tellement dans leur œuvre que la signature devient superflue.  – C’est signé untel, dites-vous !

Regardez l’Enfant de Noël; c’est signé Dieu. Quel artiste ! 

Et puis, prenez un miroir ; regardez en bas  à droite de votre visage, c’est signé Dieu. Quelle œuvre d’art ! Et c’est vrai pour tout voisin. Regardez bien ! 

Epiphanie – A

« En entrant dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie, sa mère; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. » Matthieu 2,11a

> Au temps de Noël, on écrit des voeux, on téléphone, on envoie des SMS et des mails si pratiques pour atteindre plusieurs personnes à la fois. Du coup, c’est une des périodes où l’on offre le moins d’attention à UNE personne à la fois.

Un temps d’écoute personnel et face à face vaut mille SMS, mille cartes de voeux, mille messages, mille coups de téléphone. Qui irons-nous visiter cette semaine ? 

Sainte Famille – A

« Il se retira dans la région de Galilée et vint s’établir dans une ville appelée Nazareth. » Mt 2,22-23

> Nazareth, voilà le petit village où Joseph décide de se retirer pour y vivre avec sa sainte famille, et c’est là que Jésus vivra ses 30 années de vie « cachée ».

A l’image de la sainte famille, et au moment des fêtes de fin d’année, nous pouvons nous demander si nous nous retirons suffisamment du brouhaha de notre vie quotidienne et des choses peut-être pas toujours essentielles pour prendre soin nous aussi de notre famille…

Noël 2013

« Il était dans le monde, lui par qui le monde s’était fait, mais le monde ne l’a pas reconnu. (…) Mais tous ceux qui l’ont reçu, ceux qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu. » (Jean 1,10.12)

> J’espère que nous ne sommes pas trop habitués à fêter Noël : cette fête devrait toujours nous surprendre. Mais qu’est-ce qui est le plus étonnant ? Que le créateur vienne dans le monde (et comment !), ou qu’il veuille faire partager sa vie à des enfants adoptifs ? Deux faces du même abîme de stupéfaction : Dieu descend jusqu’à nous pour nous élever à lui.